Otton en fuite, Salisbury et Ferrand pris, il ne reste désormais que le comte de Boulogne, Renaud de Dammartin, pour tenir tête au Capétien.

Mais, ployant sous le nombre, son triple cerne de fantassins est rapidement balayé, tel fétu sous le vent.

Alors, dans une charge désespérée, une vanité folle, Renaud se lance au grand galop en direction du roi. Le sergent Pierre de la Tournelle, combattant désormais à pied, a compris le but de cette opération suicide. Lorsque Renaud arrive à sa hauteur, il porte un violent coup de dague au flanc de son destrier. L'animal s'effondre et Renaud reste coincé sous ce dernier agonisant.

Plusieurs chevaliers se disputent si belle proie et personne ne prend garde au serviteur de Guérin, Cornut, qui tente de trancher la gorge du comte. Heureusement pour ce dernier, Guérin arrêtera son geste et Renaud sera présenté à son ami d'enfance, le roi Philippe.

Le soir tombe et les trompes d'airain rappellent les soldats éparpillés. Ainsi fut faite la bataille de Bouvines.