Le sacrifice des soissonnais n'est, toutefois, pas vain : l'empereur donne aussitôt l'ordre d'attaque et leur stratégie apparaît d'emblée aux yeux des Français.

Les fantassins précédant l'empereur forment un coin dont la pointe désigne la Maison royale, tandis que les contingents des comtes Ferrand et Renaud de Dammartin, délaissent les adversaires qui leur font face, pour converger vers le roi.

L'objectif est clair : on veut tuer le Capétien au plus vite, pour disperser l'armée capétienne.