Tout a commencé avec la victoire de Guillaume le Conquérant à Hastings en 1066. Un duc de Normandie, vassal du roi de France, devenait roi d'Angleterre, ce qui allait compliquer singulièrement les relations politiques entre les deux nations.

Lorsque Philippe Auguste devient roi, en 1180, il a pour vassal Henri II Plantagenêt, comte d'Anjou et du Maine, fils de Geoffroy, gendre de Henri 1er, descendant de Guillaume le Conquérant. A ce titre, le Plantagenêt est donc également duc de Normandie et roi d'Angleterre.

Par son épouse, Aliénor d'Aquitaine, ex-reine de France, il exerce de surcroît son influence sur le puissant duché d'Aquitaine. Enfin, en 1169, il a uni son fils Geoffroy à Constance, fille du comte de Bretagne.

Au total, Henri II étend donc son pouvoir sur un territoire voisin de trente-cinq départements français, allant de la Normandie à l'Aquitaine.

Dans le même temps, le domaine royal de Philippe Auguste excède à peine Paris et sa périphérie. Le Capétien n'aura donc de cesse de combattre les Plantagenêt pour reconquérir les fiefs continentaux perdus : Henri II d'abord, puis Richard Cœur de Lion, et Jean sans Terre, enfin, dont il décimera les armées en 1214, à la Roche-aux-Moines et à Bouvines.