Douzième vitrail intitulé "Les charges furieuses de Saint-Pol coupent et dispersent la cavalerie flamande". Le commentaire d'Alain STRECK.

Rappelons que la stratégie des coalisés visait à tuer à Philippe Auguste au plus vite. Pour ce faire, les chevaleries de Flandre, sur le flanc droit, et de Boulogne, sur le flanc gauche convergèrent au centre, où s’avançait la piétaille saxonne, pique en avant. Mais cette manœuvre créa une brèche dans les rangs de la chevalerie flamande, puisque les uns fonçaient vers Philippe, tandis que les autres chargeaient droit devant eux. 

Le comte de Saint-Pol (sur Ternoise), Gautier de Châtillon, ayant vu cette ouverture, groupe ses chevaliers autour de lui et s’engouffre dans cette brèche, au grand galop, ainsi que le montre ce vitrail. Il parvient ainsi à percer les lignes flamandes, et faisant demi-tour les prend désormais à revers. Aussitôt, sur ordre de Guérin, les chevaleries de Bourgogne, de Champagne, de Matthieu de Montmorency, du comte Jean de Beaumont (sur Oise) et du vicomte Adam de Melun, imitent Saint-Pol.

Si vous souhaitez lire les consignes rédigées par l'historien Henri DELPECH à l'intention des artistes verriers, cliquez ici.

Si vous désirez poursuivre votre visite ou revenir au vitrail précédent, utilisez les flèches ci-dessous.