Onzième vitrail intitulé "Saint-Valéry, à la tête de ses vassaux, survient au secours de Guillaume des Barres". Le commentaire d'Alain STRECK.

Désarçonné, alors qu'il poursuivait l'empereur germanique, Guillaume des Barres se relève, arrache son heaume et fait face à ses adversaires. Son épée fend l’air par-dessus son camail et il leur crie : « Venez, teutons ! Que le Barrois vous montre comment il sait mourir ! » 

Sitôt, une francisque tourne sur elle-même et vient percuter son écu au chevron. Bien que solide, le chevalier chancelle. Sa fin semble proche. Et, pourtant, la camarde ne voudra pas encore de lui. Venu du flanc gauche,  Thomas de Saint Valery (sur Somme - représenté en haut à gauche du vitrail) accourt, à la tête de ses 50 chevaliers et les Saxons, comprenant que l’affaire est entendue, préfère la honte de chaînes à la gloire du linceul. Aussitôt, Guillaume saute en croupe et Thomas le ramène vers l’arrière. 

Au loin, (à l’arrière plan), l’empereur continue de se laisser porter par les ailes de la peur. Le poing en l’air, Philippe s’écrie, triomphant : « Nous n’en verrons plus la face aujourd’hui ! »

Si vous souhaitez lire les consignes rédigées par l'historien Henri DELPECH à l'intention des artistes verriers, cliquez ici.

Si vous désirez poursuivre votre visite ou revenir au vitrail précédent, utilisez les flèches ci-dessous.